Aller au contenu
Pavàl Boknòv

Retour de Pavàl Boknòv

Recommended Posts

Vêtu en civil, son sac militaire sur l'épaule, Pavàl débarqua de l'avion qui le ramenait au pays. Sur son passage, de nombreux regards se posèrent sur lui. Il faut dire qu'il en imposait, avec ses deux mètres et sa carrure d'athlète. Il était taillé dans la pierre, comme pouvaient le clamer ses ex-conquêtes. Il approcha du bureau administratif et y déposa son formulaire, aimablement.

Formulaire de demande d'autorisation de séjour sur le territoire abaleconien

Nom : Boknòv

Prénom : Pavàl

Date de naissance : 30 juillet 1983

Statut demandé (cocher la bonne case) : [X] Etranger     [ ] Diplomate étranger

Souhaitez-vous obtenir la nationalité abaleconienne ?  [X] Oui   [ ] Non

 

- Capitaine Boknòv, voici ma demande. Cela fait plaisir de rentrer au pays ! C'est encore plus beau de que dans mes souvenirs !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Badges

Pjotr attendait le retour de Pavàl avec impatience. Tandis que l'opérateur vérifiait le dossier, il s'approcha et lui donna une tape sur l'épaule, qui fit légèrement chanceler Pavàl.

- Dans quelle femelle t'étais encore fourré toi ? Tu es en retard !

Il jeta un oeil au sac et lui dit, autoritaire :

- Pourquoi es-tu en civil ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand Pavàl se retrouva nez à nez avec Pjotr, il se mit au garde à vous et le salua, très militaire.

- Maréchal, l'avion a du faire une escale pour faire le plein de carburant. J'ai jugé que l'uniforme n'était pas approprié dans l'appareil en raison de la forte présence de civils qui auraient pu être nerveux à la vue d'un militaire.

Il se massa l'épaule. Pjotr était légèrement plus petit que lui, mais il était connu pour sa force, puissante. Pavàl était loin d'être un bébé, mais là, il avait mal.

- Ravi de te revoir, Maréchal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Badges

- Repos, Capitaine.

Pjotr le dévisagea et fit craquer ses cervicales, nonchalamment.

- Qu'est-ce que ça peut bien nous foutre que les civils craignent les militaires. Au contraire, ils doivent les craindre. Ils ne sont que des fourmis, des babioles que l'on protège. De petites larves sous le bec de l'aigle. Je désapprouve ton jugement. Il est nul et absurde.

Cinglant, Pjotr pouvait l'être en permanence. Il alluma un cigare et lui en proposa un.

- Tu sais pourquoi tu es là, j'imagine ? Tu dois t'en douter. J'ai un projet. Un grand projet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rude... Pavàl ravala sa fierté. Il savait qui était le Chef... à ce jeu là, Pjotr avait le bras long et était capable de tout, surtout du pire.

- L'ALPHA, c'est bien cela ? J'ai suivi un peu les actualités depuis la base où j'étais affecté. Tu as donc décidé de mettre en place ton projet pour la restauration et la préservation de la race Siméenne ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Badges

- Exactement ! C'est bien, tes neurones n'ont pas fondu dans ta base secrète aux frontières pryannes. Tu as de la chance de ne pas être irradié par les écrits nuisibles sur Coprographe ! J'aurais demandé ton exécution sur le champ, comme pour les autres.

Il tira sur son cylindre incadescent et exhala une épaisse fumée grisâtre, odorante.

- Le projet va se préciser, oui, pour bientôt. Une alliance a été conclue avec le BNS. Les choses se mettent en place, petit à petit.

Il se tourna brusquement vers l'opérateur et l'atomisa littéralement :

- Combien de temps il va encore te falloir espèce d'incapable pour valider les papiers du Capitaine ? Tu veux que je touche deux mots à la Matriarche de la façon dont tu gères les demandes de ses vaillants et valeureux soldats ??? Tu veux peut-être une affectation à Sysòbula ? Ou à Nadür, histoire de retrouver tes frangins consanguins ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pavàl laissa un peu d'avance à Pjotr pour remercier l'opérateur/opératrice, il avait un sérieux doute. Puis il le rejoignit pour monter dans la voiture. Abalecon avait changé en son absence.

Le cap fut mit vers le Palais de Pjotr, où il avait proposé de l'héberger le temps qu'il gagne sa vie et qu'il puisse s'acheter une propriété. Cela risquait d'être long, mais Pavàl n'avait aucun problème pour travailler dur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Badges

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×