Aller au contenu

Recommended Posts

Merwig Dunkel venait d'être nommée ambassadrice de la Semi-Républik du Krassland auprès de la République d'Abalecon. Elle arriva à Pjedné pour prendre ses fonctions et présenter ses lettres de créance à la matriarche. Dunkel avait été un temps considérée comme une étoile montante de la politique krasslandaise mais, après avoir brièvement occupé le poste de députée-maire de Krassenkirche en 2013, son étoile avait pâli et elle avait connu une longue traversée du désert au cours de laquelle elle avait exercée comme secrétaire de direction auprès d'une compagnie de transport maritime. Lorsque le Ministère des Affaires Mikromondiales avait publié une annonce cherchant des diplomates pour repourvoir un certain nombre d'ambassades, Dunkel avait tenté sa chance avec l'espoir de relancer sa carrière. Son passé de militante féministe lui avait sans doute valu d'être sélectionnée pour le poste de la très matriarcale Abalecon.

MerwigDunkel.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après trois semaines passées à camper dans les hall des arrivées de l'Aéroport sans que personne ne vienne l'accueillir, l'ambassadrice krasslandaise finit par se lasser et décida de rentrer à Neu Krassburg pour remettre sa démission à la Ministre des Affaires Mikromondiales.  Elle lui remettrait aussi un rapport lui recommandant de fermer l'ambassade à Pjedné étant donné le manque de politesse des Abaleconiens et l'inexistence de liens économiques politiques ou autres entre Abalecon et le Krassland.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est en voyant partir la diplomate krasslandaise que Vladimir secoua son collègue des douanes, Olaf, qui ronflait comme un sonneur à côté de lui et qui se réveilla avec un grognement :

- Quoi ??? Qu'es t'as ? Qu'es tu veux ?

- Dis donc Olaf, tu te rappelles la gazelle avec les cheveux en pétard ?

- Ouais, la Krass'daise ? 

- Krasslandaise, oui. Tu avais bien informé les autorités ?

Il y eut un blanc dans la conversation. Olaf posa son regard d'abruti notoire dans le vide, à la recherche du souvenir perdu.

- Crois pas, non... pourquoi ?

- Elle vient de partir, énervée... Je crois que c'est un problème...

- Mouarf ! Elle reviendra ! Elle est peut-être rentrée s'acheter un peigne !

Olaf éclata d'un rire gras et lâcha par la même occasion un pet sonore et malodorant.

- Hum... et si ça provoque un incident diplomatique ?

- Qu'es tu veux que ça m'foute ? Allez, tiens, bois un coup ! Encore 6 heures à bosser ! Boulot d'merde !

Sans remords, Olaf sortit deux Golòvina et en tendit une à son collègue, qui malgré quelques gorgées, se sentait un peu coupable. Un sentiment qui disparut après de litres de gnôle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×