Bienvenue à Abalecon. Forums Communes Vatfèr Sommet extraordinaire du Gazdàjegot

  • Sommet extraordinaire du Gazdàjegot

     Natacha Straveis mis à jour Il y a 1 mois, 2 semaines 4 Membres · 12 Articles
  • Natacha Straveis

    Membre
    17 juin 2020 à 11:32

    Le Palais communal de Vatfèr avait été richement décoré pour accueillir le sommet extraordinaire du Gazdàjegot voulu par la Matriarche afin de relancer l’organisation. Le Couple royal élysian était attendu avec impatience. Il faisait la route depuis Pjedné en cheval, afin de respecter la coutume du chemin initiatique qui les mènerait jusqu’au centre spirituel d’Abalecon : le temple majeur de Simà victorieuse.

    La Matriarche avait fait préparer de nombreux présents pour le couple ainsi que pour les jumeaux dont on disait qu’ils avaient bien grandi.

    Elle se tenait sur le péron du Palais communal, en attendant ses prestigieux invités.

  • Nataliya Cosniteis

    Membre
    17 juin 2020 à 15:46

    La Conseillère matriarcale, déléguée aux affaires intérieures, était également présente aux côtés de la Matriarche. Elle attendait le Couple Royal dont elle avait beaucoup entendu parler.

  • Pjotr Stravìsk

    Membre
    19 juin 2020 à 23:09

    Pjotr avait veillé à la sécurité des lieux et il s’était montré particulièrement infect avec les jeunes gardes communaux qui à ses yeux ne valaient pas grand chose. En plus de les trouver mous comme des travelos pryans (doux euphémisme), il considérait qu’ils ne possédaient pas les épaules pour assurer la protection de la Matriarche et de ses invités elysians. Il n’était pas du tout pressé de revoir Aeros et de supporter à nouveau son attitude digne d’un harcèlement sexuel en bonne et due forme. Mais il avait trouvé une parade. Il portait à sa ceinture un glaive orné et brillant. Si l’autre espèce de roi lubrique tentait quoi que ce soit, un coup d’épée et problème coupé. Fin de l’histoire. Déjà agacé par ce qui s’annonçait, il passa à tabac un des gardes, parce qu’il s’appelait Vlad et qu’il ne pouvait plus blairer ce prénom. Pjotr, toujours aussi raisonné et raisonnable. Sa motivation principale : la Matriarche. Etait-il le seul à savoir qu’elle ne portait pas de dessous sous sa tenue cérémonielle ? Sans doute, personne n’aurait eu l’audace, ni même le doigté pour aller vérifier, à part lui.

  • Royaume Sacré d’Elysios

    Membre
    19 juin 2020 à 23:22

    Le Couple Royal arriva bientôt à Vatfèr. Si Heris semblait intriguée par la forme des maisons, Aeros lui, fut absolument épaté par les nombreux espaces verts, qui donnait à la ville une grande bouffée de fraicheur et d’air pur, ou presque.

    Aeros : Quels délicieux ornements sylvestres ! Cela me rappelle les belles contrées de la vallée au pied de l’Olympios !

    Heris : A la différence près que les bâtisses apportent un côté très « hologramme postal ».

    Les deux monarques esquissèrent un sourire avant de croiser leurs regards. On sentait une importante complicité entre eux. Ils entrèrent dans le Palais et saluèrent Nataliya Cosniteis.

    Heris : Je ne crois pas que nous nous soyons déjà vues, mais permettez-moi de vous dire que vous avez là une bien belle tenue et une chevelure exceptionnelle !

    Aeros : Je l’admets volontiers, je ne peux qu’approuver tes dires, ma Reine.

    Il était rare que Heris fasse une remarque sur le physique d’autres personnes, à l’inverse du Roi, qui ne perdait jamais une occasion d’exprimer avec beaucoup de franchise ses opinions quant à la beauté de quelqu’un. Il tourna son regard vers Pjotr. Il le trouvait très séduisant dans son costume militaire. Et avec ce glaive autour de la ceinture… il se mordit la lèvre inférieure en le déshabillant du regard.

    Aeros : Je propose que nous commencions ce sommet, afin de régler les points les plus importants. Ensuite, nous aurons tout le loisir de profiter ardemment des festivités.

    Heris : Je suis bien d’accord.

    Pour appuyer sa phrase, elle posa un regard de louve sur Nataliya.

  • Nataliya Cosniteis

    Membre
    20 juin 2020 à 09:36

    Nataliya faisait partie du cercle de femmes proches de la Matriarche – elles étaient de plus en plus nombreuses – à détester Stravisk et la mauvaise influence qu’il exerçait sur la Servante de Simà. Mais contrairement à Hrdostè ou Vlady, il fallait se méfier de Nataliya Cosniteis.

    Sa famille, puissante, avait donné plusieurs Matriarches à Abalecon et Nataliya ne cachait pas ses ambitions.

    Elle n’avait ainsi pas apprécié que l’époux de la Matriarche s’occupe de la sécurité du palais communal, elle qui était chargée de la sécurité intérieure d’Abalecon. Elle passa à côté de lui sans le saluer et quand le Couple Royal eut pénétré dans la salle réservée aux discussions du sommet, elle ferma la porte au nez de Stravisk avec une petite moue dont elle seule avait le secret. Il était hors de question que le général de pacotille Stravisk assiste aux échanges.

    Cosniteis prétexta une prière à Simà, à laquelle les hommes ne pouvaient être conviés et prit place aux côtés de la Reine Héris dont elle vanta la beauté et la splendide tenue.

  • Natacha Straveis

    Membre
    20 juin 2020 à 10:56

    Le sommet commença par une allocution de la Matriarche :

    Mes sœurs et frères abaleconiennes et élysians,

    Les jours qui vont voir le déroulement de ce sommet sont extraordinaires à plus d’un titre. Demain est le jour de Fivos, le deuxième jumeau baignera la terre de ses rayons plus longtemps que n’importe quel autre jour de l’année. Demain est aussi le premier jour de la lunaison du cycle de Simà, le premier jour où Simà sera totalement cachée pour mieux renaître – nous l’en conjurons – dans les jours à venir. Voilà donc deux évènements particulièrement propices à Fivos sous lequel je place la réussite de ce Sommet.

    O Fivos, maître de la lumière, que tes rayons bénissent ce sommet et lui donnent une issue favorable.

    Puissiez-vous, jumeaux, apporter votre sagesse à nos réflexions et nous aider à accomplir la destinée de la civilisation gémélis.

    Puisses-tu, ô Simà, nous donner la force nécessaire pour bâtir le projet que tu poursuis, avec l’aide de ton frère et de toutes les divinités de l’Heptade.

    Très chers Souverains d’Elysios, que les jumeaux vous bénissent, vous, vos enfants et votre peuple et que la concorde vous guide dans nos échanges.

    J’ai souhaité organiser un sommet extraordinaire du Gazdàjegot car je crois que le temps est venu pour nos deux nations d’unir leur destinée.

    Le Gazdàjegot a été créé en 2011 pour permettre aux nations partageant la même civilisation de coopérer et de tisser à nouveaux des liens qui avaient été si longtemps détendus. Ce rendez-vous extraordinaire a permis à nos deux pays de renouer avec leur origine commune et de se rencontrer. Je suis très fière d’avoir pu participer à cette aventure et d’avoir trouvé un frère et une sœur en Aeros et Heris.

    Je vous propose aujourd’hui de franchir une étape supplémentaire, qui prouvera au micromonde la force de notre civilisation.

    Je souhaite bâtir avec vous une confédération gémélis dans laquelle nos deux pays pourront échanger plus étroitement et parler d’une seule voix, dans le respect de leur organisation propre. Ce n’est pas un enième organisation internationale que je propose. Vous savez combien j’ai une certaine aversion pour ce type d’organisation. Non, c’est avant tout un projet. Le projet de voir toutes les nations gémélis réunies sous la même bannière, chacune à égalité, avec la ferme conviction qu’ensemble nous pourrons accomplir de grandes choses.

    Avant d’entrer dans les détails, je vous propose de débattre déjà du principe même de la confédération. Puissent Simà et Fivos nous guider dans nos échanges !

  • Royaume Sacré d’Elysios

    Membre
    20 juin 2020 à 13:48

    Aeros n’avait pas trop apprécié que Pjotr soit laissé dehors, mais s’il en était ainsi, alors il devrait faire avec. C’était étonnant pour lui de se retrouver seul, face à toutes ces femmes. En Elysios, chaque sexe était égal, et on poussait ça à l’extrême puisqu’il fallait absolument que la parité soit respectée même dans la population vivante. Si un déséquilibre se créait, celles ou ceux qui faisaient partie du sexe en surnombre disposaient de deux choix : l’exil ou bien la mort. Et rien n’était pire que d’être exilé d’Elysios, alors souvent la personne choisissait de mourir.

    L’envolée lyrique de Natacha séduisit le Couple Royal, qui écouta avec une grande attention les suggestions de la Matriarche. Le terme confédération, lâché sans autre explication aurait sans doute provoqué une réaction contrastée chez les deux monarques. Mais la Matriarche trouvait les arguments justes pour susciter leur curiosité et les faire réfléchir. Sans surprise, la Reine approuva l’idée d’un hochement de tête.

    Heris : La construction d’une Confédération me parait indispensable si nous voulons continuer à rapprocher nos deux peuples.

    Le Roi, lui, eut une réaction moins enjouée, non pas par désintérêt mais plutôt par pragmatisme.

    Aeros : Je suis d’accord. Néanmoins, comme tu le sais, Très Honorable Matriarche, notre peuple a vécu longtemps isolé. Une mise au jour sous la forme d’une Confédération impliquerait que nous perdions cette forme d’isolement, attendu que si notre voix diplomatique porte de façon unie, nous serons exposés.

    Il marqua une pause, et en profita pour mettre ses idées au clair.

    Aeros : A dire vrai, cette Confédération doit impérativement respecter ce que nous sommes. Nos coutumes diffèrent et forment notre richesse. Il m’apparait impératif de les respecter. Il en va de même pour notre manière de rendre hommage aux Dieux. Comme cela a toujours été de coutume entre nous depuis des années. Je vois ce concept de Confédération comme une sublimation de notre fraternité et de nos différences.

    Heris : Je crois comprendre que c’est la vision que tu partage, ma soeur. Peut-être souhaites-tu approfondir davantage ton projet ?

  • Natacha Straveis

    Membre
    20 juin 2020 à 16:54

    Je comprends vos attentes et vos exigences. Elles sont légitimes et je les partage en ce qui concerne les fondements de nos coutumes, qui si elles connaissent la même origine, ont fortement divergé en raison de notre séparation pendant plusieurs siècles. La confédération ne se propose pas de lisser ou de remplacer nos États respectifs. Elle a pour vocation de mettre en commun, là où il nous semblera opportun de le faire, des moyens et des compétences pour faire vivre la civilisation gémélis et en préserver toutes les caractéristiques, la richesse et la diversité.

    Je propose la mise en place d’un conseil gémélis où nous deux nations seront représentées de manière égale et où les décisions devront être prises à l’unanimité. Ce conseil formulerait des recommandations dans des domaines où la civilisation gémélis pourra bénéficier d’une mise en commun.

    Je prends par exemple le domaine de la culture, où nous pourrions lancer une initiative éducative commune en regroupant nos établissements supérieurs sous une université gémélis. Culture, éducation et tourisme sont les premiers domaines où nous aurions un intérêt à échanger, ne serait-ce que pour capitaliser nos connaissances et en permettre un accès facile à tous. Je ne propose pas une organisation contraignante. Dans la lignée du Gazdàjegot, je propose une institution souple, qui se réunira en tant que de besoin, sur des sujets que nous identifierons comme prioritaires.

    Afin de marquer notre attachement aux valeurs gémélis, je propose également de simplifier les échanges entre nos États en ouvrant la circulation libre des élysians et des abaleconiens sur l’ensemble du territoire de la confédération.

    Voilà pour la première étape : un traité mettant en place un conseil gémélis qui proposera de mettre en commun des moyens pour faire rayonner la civilisation gémélis.

  • Royaume Sacré d’Elysios

    Membre
    21 juin 2020 à 09:42

    Aeros : Ce Conseil Gemelis me parait un bon point de départ pour avoir une ligne commune et défendre nos intérêts de façon simple et équitable. J’en valide l’idée et le principe.

    Heris : Sur la question de la libre circulation, je suis favorable à une généralisation, néanmoins, il est important pour nous que puissions distinguer les gemelis des étrangers. Comme tu le sais, ma soeur, nous implantons une puce à tous ceux qui entrent dans le territoire. Peut-être que nous pourrions généraliser ce concept à nos deux pays ?

    Elle eut un regard pour Nataliya qui gérait les questions de sécurité intérieure en Abalecon. La suggestion n’était pas formulée par hasard.

    Heris : Nous fabriquons les puces et les lecteurs adaptés en Elysios. Nous pourrions en troquer une certaine quantité en échange d’autres manufactures abaleconiennes, si vous êtes d’accord.

    Aeros : A vrai dire, il est vrai que nous serions intéressés par vos joailleries. Je les ai toujours trouvées impressionnantes !

    Le Couple Royal était conscient que la généralisation des puces pouvait provoquer un émoi notamment pour les plus démocratiques des habitants. Mais dans l’eugénisme elysian, rien ne devait freiner la connaissance notamment des individus. Les puces permettait de savoir l’identité de la personne mais également ses informations personnelles, son état de santé, son cercle familial, d’amis… et même, à la mort, la conservation des souvenirs du vivant. Un procédé technologique puissant qui pouvait révolutionner la vie en Abalecon. Les deux monarques étaient prêts à le partager, pas par charité. En vérité, cela leur paraissait absolument indispensable à la libre circulation des gens.

  • Nataliya Cosniteis

    Membre
    23 juin 2020 à 20:11

    La Conseillère Cosniteis écoutait les discussions avec intérêt. Sur la question de la libre circulation, elle se montra plus réticente que la Matriarche :

    C’est un point qui méritera d’être discuté à l’Assemblée des citoyennes. Je crois que nous devrions faciliter la circulation des gémélis sans pour autant renier nos règles en matière de traitement des étrangers. Mais nul doute que la question des puces déchaînera les passions chez les sans conservateurs qu’il nous faudra anticiper.

  • Royaume Sacré d’Elysios

    Membre
    23 juin 2020 à 21:10

    Pour Heris et Aeros, le débat concernait Abalecon. En Elysios, personne ne trouvait à redire sur l’installation des puces, tant cela permettait de sauver des vies et de conserver la stabilité de la société. Quand à l’interprétation de la libre-circulation, le Couple Royal ne souhaitait pas entrer dans un débat philosophique ou idéologique, car de toute évidence, pour eux, les gemelis n’étaient pas des étrangers mais des frères et soeurs.

  • Natacha Straveis

    Membre
    25 juin 2020 à 09:45

    De toute évidence la question de la libre-circulation est un point sensible qu’il nous faut régler car il conditionnera toutes les coopérations que nous souhaiterions mettre en place par la suite. Nous ne pourrons pas envisager une université unique si les étudiants et les enseignants ne peuvent pas se déplacer. Nous ne pourrons pas envisager de coopération culturelle si les artistes et les chercheurs ne peuvent pas se déplacer librement.

    Je sais combien votre peuple est attaché à la stabilité de sa société et que la libre circulation peut constituer un déséquilibre dans l’ordre élysian mais ce sera une question sensible à Abalecon. Les fondements de la société abaleconienne consacrent la pureté du sang gémélis transmis par les seules abaleconiennes. Nos registres peuvent justifier du caractère gémélis et de sa transmission de générations en générations.

    Je propose donc de consacrer la libre circulation des gémélis entre nos deux pays – sans conditions – et pour les non-gémélis d’appliquer les règles en vigueur dans chacun de nos Etats. Cette libre circulation ne signifie pas liberté d’installation, laquelle devra répondre aux conditions fixées par les règles nationales.

Connectez-vous pour répondre.

Publication originale
0 de 0 articles Juin 2018
Maintenant