Alors que la Matriarche d’Abalecon s’est mise en tête de rapprocher le Royaume d’Elysios d’Abalecon, la perspective de voir le Gazdàjegot se reformer autour des deux nations gémélis n’enchante pas le Parti sans conservateurs. La présidente du PSC, Szinèta Lödùkova, revient sur cette ouverture diplomatique abaleconienne. Des propos recueillis par nos consœurs de l’Echo de Pjednè.

La refondation du Gazdàjegot n’est-elle pas une opportunité pour Abalecon sur la scène internationale ?

La volonté de la Matriarche d’Abalecon est d’ouvrir Abalecon aux nations qui partagent la civilisation gémélis. C’est un premier pas que le PSC salue même s’il ne devrait pas se limiter aux seules nations qui partagent la culture gémélis. Notre politique diplomatique, depuis plusieurs années, se résume à la fermeture ou à l’entre-soi. C’est ainsi que notre pays s’est retrouvé isolé du micromonde et dans une situation économique difficile. Quand la Matriarche annonce l’ouverture de notre pays, il faut entendre une ouverture vers ceux que l’on connait déjà. Ce n’est pas une ouverture, c’est une politique de voisinage entre gens qui partagent les mêmes idées. On ne peut pas dire que le gouvernement matriarcal sorte de sa zone de confort en procédant de la sorte.

L’ouverture du Royaume d’Elysios ne ressort que de la volonté de ses dirigeants d’éviter la chute de leur nation.

Szinèta Lödùkova

Comment vois-tu les relations avec le Royaume d’Elysios ?

Les élysians sont sans doute proches culturellement d’Abalecon. Nous partageons une destinée civilisationnelle indéniable. Pour autant, nous ne devons certainement pas nous réjouir du rapprochement élysian. Je rappelle que ce pays pratique une politique d’eugénisme à outrance, qui, sous couvert de modernité et de science, promeut la pureté d’une race, ce qui est tout bonnement inacceptable.

Penses-tu que cette ouverture n’est qu’un prétexte ?

Szinèta Lödùkova, présidente du PSC

J’ai l’intime conviction que les élysians sont en train d’éprouver les limites de leur système eugéniste. L’ouverture du Royaume d’Elysios ne ressort que de la volonté de ses dirigeants d’éviter la chute de leur nation. J’en veux pour preuve le rite de conception qui célèbre la charte de Rszhrdlst. Il ne s’agit pour moi que l’aveu de l’échec de l’eugénisme élysian et d’un pays obligé de s’ouvrir et de s’unir avec d’autres peuples pour ne pas précipiter son existence. De s’unir, mais pas avec n’importe qui : les abaleconiens sont les seuls qui demeurent acceptables pour le peuple élysian. Je dénonce cette hypocrisie.

Quelle position devrait avoir Abalecon ?

Abalecon devrait se méfier du retour aux sources et à la pureté civilisationnelle gémélis. Le Gazdàjegot est une initiative louable s’il contribue à améliorer notre connaissance des peuples gémélis, et pas un blanc-seing pour assurer la subsistance d’une nation qui ne peut survivre sans le sang abaleconien. Le PSC combattra cette dictature élysianne de la pureté génétique.

  • Szinèta Lödùkova est née à Pjednè le 15 juin 1948.
  • Ancienne présidente du CIVES (Comité intermicronational de veille sanitaire)
  • Ancienne chef du gouvernement abaleconien
  • Présidente du parti sans conservateurs

Laisser un commentaire